Tout comprendre sur le zircon

Le zircon, c’est un faux diamant ? Oui, mais pas que ! D’où vient-il ? A quoi sert-il ? Chez Eramet, c’est TiZir, le spécialiste ès silicate de zirconium.

Actualité

Bien que le zircon ait été identifié pour la première fois en 1783, des fouilles ont permis de déterminer que sa découverte remonte à des temps encore plus anciens :  on trouve déjà des références au zircon dans les mythologies hindoue et judéo-chrétienne !
Le zircon – ou silicate de zirconium – est un sable de fonderie "réfractaire", ce qui veut dire qu’il résiste à de très fortes températures et ne fusionne qu’à partir de 2550°C ! Chez Eramet, TiZir est le spécialiste du zircon et des sables minéralisés. Cette filiale d’Eramet est le 4ème producteur mondial de zircon de qualité premium ou standard. Elle détient elle-même deux sites : Grande Côte Opérations (GCO) au Sénégal, qui extrait les sables minéralisés, et TiZir Titanium & Iron – "TTI" – en Norvège, qui valorise l’ilménite sénégalais.

Comment extrait-on le zircon ?

C’est le long de la côte atlantique, près de Diogo, au nord de Dakar, que GCO opère dans les dunes sur une concession d’environ 100 kilomètres. Une drague, flottant dans un bassin d’eaux peu profondes, pompe jusqu’à 7000t de matière par heure. Cette matière comprend 1 à 2% de sables minéralisés –  ilménite, leucoxène, rutile et zircon –, et le reste est constitué de sable quartz. Les sables extraits sont ensuite directement transférés vers une usine de concentration "flottante", située juste derrière la drague, où ils sont lavés puis séparés en fonction de leurs différentes densités. Le sable quartz – le plus léger – n’est pas exploité par GCO : il est alors rejeté à l’arrière du bassin, se mélangeant naturellement au paysage.

Schéma de la drague de GCO

  1. La drague pompe le sable
  2. L’usine de concentration flottante lave les sables
  3. Les sables minéralisés sont séparés du sable "ordinaire"
  4. Le sable "ordinaire" est rejeté dans les dunes

Les sables exploitables sont transférés à l’usine de séparation, où les quatre types de sables à haute teneur – dont le zircon – sont séparés. Différentes méthodes de séparation sont utilisées, comme la séparation par magnétisme ou électrostatisme. Le zircon – toujours sous forme de sable – est ensuite chargé dans des containers, en vrac ou dans des "big bag", puis est expédié au port de Dakar par train pour être expédié aux clients de TiZir dans le monde entier, principalement des industriels et des producteurs de céramiques tels que Imerys ou Saint-Gobain.

À quoi sert le zircon ?

Réputé pour sa robustesse et ses propriétés blanchissantes et opacifiantes, le zircon blanchi se retrouve la plupart du temps dans les frittes et les vernis, appliqués aux céramiques – carrelages ou équipements sanitaires, par exemple. Également connu pour sa capacité à résister à de très hautes températures – rappelez-vous, on vous a dit qu’il est "réfractaire", le zircon est souvent utilisé dans l’industrie pour créer des moules et la barbotine est utilisée pour mouler des pièces. Le sable de zircon est également utilisé pour la production de zirconia fusionné, qui est utilisé dans les pigments (ou les céramiques) et dans l’industrie automobile (plaquettes de frein), etc.
Mais le zircon est aussi présent dans notre quotidien : ses propriétés anti-abrasives et sa brillance comparable aux diamants, lui confèrent une place de choix en joaillerie, où on le retrouve sous forme de dioxyde de zirconium. On le retrouve même dans les prothèses dentaires bien que les quantités de zircon dans ce type d’application soient limitées.