Inauguration des nouvelles installations d'ERAMET Sandouville

Le 19 juin 2017, au terme d’un vaste programme d’adaptation de l’outil industriel, ERAMET Sandouville a inauguré ses nouvelles installations.

Ce programme s’inscrit dans une démarche d’amélioration de la compétitivité du site. Il consiste à adapter une partie de la chaîne de production de valeur au traitement d’une nouvelle matte (1), minerai concentré constituant la matière première.

Le projet Estuaire, initié en 2013 et achevé en juin 2017, repose sur la mise en place conjointe d’une évolution de l’outil industriel et du modèle économique. ERAMET Sandouville entend ainsi renforcer son positionnement sur le marché du nickel de haute pureté.

Pendant près d’un an, les travaux ont permis de modifier la partie amont du procédé de production. Lors de sa création, l’usine a été conçue pour traiter une matte de nickel provenant exclusivement de Nouvelle-Calédonie. Le traitement de la nouvelle matte européenne, d’une composition différente de la précédente, a nécessité l’implantation de nouveaux équipements et la mise au point d’un nouveau procédé de production par les équipes R&D du Groupe ERAMET. Les schémas logistiques ont été reconfigurés, le traitement des co-produits a été organisé. Ces transformations se sont accompagnées de la filialisation du site de production.

Le redémarrage des installations se fera avec une montée en charge progressive jusqu’à la fin d’année. Dès 2018, le site traitera 25 000 tonnes de matte pour produire 13 000 tonnes de nickel métal haute pureté, 2 300 tonnes de nickel contenus dans les différents sels et liquides, 400 tonnes de cobalt et 3 000 tonnes de fer. L’investissement réalisé est le plus important depuis la création du site en 1978 et représente 34,5 M€. De plus, 4,5 M€ ont été consacrés à la Recherche et Développement pour l’adaptation et la mise au point du procédé par ERAMET Research, le centre de recherche d'ERAMET. 11 mois de travaux ont été nécessaires pour transformer le site de Sandouville.

(1) La matte est un produit intermédiaire. Résultat de la première fusion d’un minerai, elle est composée d’un assemblage de métaux (ici : fer, cuivre, nickel, cobalt, or, métaux précieux et semi précieux) et constitue la matière première du procédé de production du nickel.