Eramet à Mining Indaba : au cœur des enjeux du secteur

Du 4 au 7 février dernier se tenait la vingt-cinquième édition de "Mining Indaba" en Afrique du Sud, le lieu de passage de toute l’industrie sur le continent. Eramet y était. Forcément.

Actualité

Mining Indaba est le plus grand forum minier d’Afrique. 5 000 congressistes se réunissent chaque année au Cap (Afrique du Sud) pour parler business bien sûr, mais aussi pour prendre le pouls de toute une industrie. "On sent que le climat en Afrique du Sud est devenu plus favorable pour les investisseurs", décrypte Sébastien Roquejeoffre, directeur fusions-acquisitions du Groupe, alors qu’il commente la venue du président sud-africain Cyril Ramaphosa au congrès : "L’intervention des présidents sud-africains n’était pas systématique, sa présence  – dès sa première année de mandat – envoie un signal fort à l’ensemble du secteur et montre une volonté de changement." Mais le salon est loin de se limiter aux enjeux sud-africains. C’est tout un continent qui est concerné. C’est pourquoi Eramet a tenu à renforcer sa présence en 2019. Les années précédentes, seul Eramet Ideas venait promouvoir son savoir-faire R&D et Industrialisation ; cette année, les équipes du corporate sont venues renforcer les rangs : "Cette organisation a pour but de mieux mailler le marché et de structurer notre business development", explique Sébastien Roquejeoffre. Pour Vincent Dieudonné, Executive Expert chez Eramet Ideas, être présent à Mining Indaba est surtout un travail de fond : "On y va pour faire du networking et trouver de nouveaux clients, mais aussi pour s’informer sur le secteur et le marché, et pour benchmarker. On peut y voir les projets développés sur tout le continent : aussi bien au Mali qu’au Burkina Faso ou au Maroc... On ne rencontre pas seulement des clients potentiels, mais aussi des fournisseurs de technologies qu’on n’aurait pas rencontrés autrement". "C’est l’occasion d’avoir accès en quelques jours à de nombreux représentants des gouvernements africains, pas seulement ceux qu’on connaît et pas seulement les francophones", poursuit Nicolas Verdier, Strategy Manager. "C’est aussi une manière d’accélérer certains contacts. On gagne en efficacité en voyant beaucoup de nos interlocuteurs en très peu de temps", explique Sébastien Roquejeoffre.

Comme quinze autres sociétés françaises, Eramet Ideas avait un stand dans les allées du salon et sa présence a été saluée par l’ambassadeur de France en Afrique du Sud, Christophe Farnaud.

Cette édition 2019 a aussi placé les questions du développement durable et de la RSE au cœur des échanges, signe que le secteur a pris la mesure des enjeux. Une journée entière a par exemple été consacrée aux métaux nécessaires à l’approvisionnement de filière des véhicules électriques, notamment pour la fabrication des batteries. En marge du salon, d’autres événements ont alimenté les réflexions sur ces thématiques : la Société financière internationale (l’institution de la Banque mondiale en charge de l’aide au développement) a organisé un forum sur la finance responsable et le développement durable ; l’Ambassade de France a organisé une session d’échanges sur l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE). Nicolas Verdier a participé à l’événement : "Il y avait des représentants de beaucoup de pays francophones comme le Cameroun, le Togo... Le ministre des mines de la Côte d’Ivoire était aussi présent, ainsi que le secrétaire général des mines du Sénégal... On sent que tout le secteur se sent concerné par les aspects RSE et environnement."

Cette édition 2019 est donc un bon cru : "Il y avait vraiment beaucoup de monde. Et – c’est une bonne nouvelle - on entend de plus en plus parler français dans les allées" constate Vincent Dieudonné.