Notre plan communautés

S’engager auprès des communautés locales implique de contribuer à leurs priorités de développement, mais aussi, en amont, de créer un dialogue étroit avec elles et de maîtriser tous les impacts de notre activité qui peuvent les affecter.

Eramet formalise au sein de sa feuille de route RSE l’ambition de « devenir un partenaire apprécié et contributif de ses communautés hôtes ».  A cette fin, le Groupe s’est engagé à mettre en place dans 100% de ses sites d’ici à 2023 :  

  • un mécanisme de dialogue avec les parties prenantes locales
  • un programme d’investissement contribuant au développement local, en privilégiant les actions en faveur de la jeunesse

Maîtriser les risques et les impacts sociétaux

La prévention des risques et la gestion des impacts inhérents aux activités minières et métallurgiques constitue un aspect fondamental des relations entretenues avec les populations locales. En suivant les standards de référence internationaux, Eramet a développé de nombreux outils pour identifier, évaluer et maîtriser les impacts sociétaux de ses opérations. Sont notamment évalués les risques portant sur la santé, la sécurité et la sûreté des communautés, le patrimoine culturel ou encore le niveau de vie des populations.

Par le biais de consultations, les communautés locales sont associées à la définition et à la mise en place des mesures de maîtrise des risques adaptées aux sites concernés. C’est le cas en particulier lorsque des acquisitions de terrains sont réalisées auprès de populations : un plan de réinstallation est défini en collaboration avec les personnes affectées. Il définit les mesures de compensations les plus adaptées ainsi que l’accompagnement de ces personnes dans la durée afin qu’elles leur qualité de vie soit maintenue ou améliorée.

Prévention des risques par la Setrag (Gabon)

Depuis 2017, la Société d’exploitation du Transgabonais (Setrag), filiale d’Eramet, organise  chaque année une grande campagne de communication pour sensibiliser la population aux risques de collisions. Au programme :
- diffusion de spots vidéo à la télévision nationale et de spots radio en plusieurs langues locales
- présentations et distribution de bandes dessinées explicatives dans les écoles des communes traversées par la voie
- mise en place d’interactions directes sur les zones identifiées plus à risque, avec
Ce sont des dizaines de milliers de personnes qui sont ainsi sensibilisées au sujet.

Dialoguer avec les communautés

Activités des sites, risques environnementaux, impacts sociétaux... Eramet et ses filiales veillent à informer et consulter les populations riveraines de manière continue. Mené conformément aux obligations légales locales et en référence aux meilleurs standards internationaux, ce travail prend des formes variées : organisation de réunions publiques d’information ou de journées portes ouvertes, publications écrites, consultations publiques, mise en place de comités conjoints, etc.

Pour les sites développant de nouvelles activités, les processus d’information et de consultation sont essentiels pour présenter les caractéristiques des projets et associer les communautés à la définition des mesures de maîtrise des impacts les affectant.

  • Près de 60 % des sites – dont 100 % des sites et projets miniers – conduisaient en 2018 un dialogue régulier avec les communautés hôtes.
  • 50% des entités minières ou industrielles du Groupe ont organisé en 2018 des visites de leurs sites à destination de leurs riverains, à l’occasion de journées portes ouvertes ou de célébrations.

Des mécanismes locaux de gestion de plaintes

Plus de la moitié des sites du Groupe (dont les sites miniers situés au Gabon, au Sénégal et le projet en Argentine) ont mis en place un mécanisme de réception et de traitement des plaintes des communautés riveraines.

A la SLN, un dialogue repensé en profondeur

En Nouvelle-Calédonie, la SLN souhaite rendre son activité toujours plus transparente pour les parties prenantes locales. Un programme de dialogue proactif avec les communautés est mis en œuvre afin de construire une relation partenariale. L’équipe RSE, qui compte désormais 8 personnes, a mené des rencontres avec plus de 500 parties prenantes (équipes municipales, coutumiers, jeunes etc.) afin de présenter le nouveau modèle de la SLN et sa nouvelle démarche RSE. Ces rencontres ont également permis d’identifier de manière collective des actions contributives au bénéfice des communautés. Autre nouveauté : l’inauguration d’un bureau des relations communautaires à Koné, le chef-lieu de la province Nord, afin de renforcer la proximité de la SLN avec les communautés hôtes.

Contribuer aux priorités de développement local

Eramet s’est fixé un objectif clair : passer d’une démarche de limitation et de compensation des impacts de ses activités à une approche partenariale et contributive. Il s’agit de faire de nos activités une source de bénéfices nets pour les populations locales. Dès lors, le travail de dialogue est essentiel afin d’identifier collectivement les priorités de développement locales pouvant être soutenus par des programmes d’investissement communautaire.

En 2018, les entités du Groupe ont mené plus de 140 actions contributives, par l’intermédiaire du mécénat ou de la mise en œuvre de partenariats.

Les sites miniers d’Eramet, notamment, ont poursuivi leurs actions dans les domaines de la santé, des infrastructures communales, du sport et de l’éducation principalement, mais aussi dans le soutien à la formation professionnelle et à l’économie locale.

Un travail de formalisation des stratégies d’investissement communautaire se poursuit sur les sites miniers, afin de renforcer l’impact positif des nombreuses actions déjà mises en œuvre.

A titre d’exemple, en Nouvelle-Calédonie, la SLN a contribué à la mise en place d’équipements communaux avec le financement de travaux d’alimentation en eau potable et d’infrastructures culturelles pour la mairie de Koumac et la rénovation de la maison des sports pour la commune de Thio (Province Sud). Au Gabon, Comilog a récemment contribué à la rénovation de 95 salles de classe de 7 établissements scolaires de la ville de Moanda, au bénéfice de plus de 8000 élèves. La Setrag a, quant à elle, poursuivi son action en matière de santé avec la gratuité des consultations et des soins de santé pour les riverains dans les sept centres de santé de la ligne ferroviaire, répartis sur quelque 600 kilomètres, en complément de ses actions de mécénat pour les centres médicaux des gares.

Plus de 140 actions de partenariat ou de mécénat menées par le Groupe en 2018.

Répartition des dépenses par domaines d’action en 2018

  • 29 % Santé
  • 19 % Développement communal
  • 18 % Sport
  • 13 % Éducation
  • 10 % Formation professionnelle
  • 7 % Environnement
  • 2 % Autre
  • 1 % Économie locale
  • 1 % Culture

7,4 M€ ont été engagés par le Groupe en 2018 à destination des communautés (contre 6 M€ en 2017). Principal bénéficiaire : le Gabon, avec 83 % des dépenses du Groupe.